POURQUOI LEs apps de data storytelling ne servent à rien ?

 

Les solutions de reporting classiques, qui consistent à envoyer des rapports au format Powerpoint ou Excel dans une boite email, ne sont lues en moyenne que par 3 à 7 % des destinataires.

Les smart Apps de reporting avec de jolies dataviz sont, elles, lues par 5 à 25 % des destinataires. C’est cruel mais c’est ce que nous constatons depuis 8 ans en tant qu’éditeur d’une solution de data storytelling.

Peu importe l'éditeur, Power BI, Tableau, ClickView ou d'autres, 75 à 95 %  des utilisateurs n'ouvrent pas les Apps. 

 
75 à 95 %  des utilisateurs n’ouvrent pas les Apps de data storytelling.
— 2017 REPORTING & BEST PRACTICES / KANTAR CONSULTING

Le problème n'est pas culturel

Nous pouvons évoquer les facteurs culturels ou mettre en cause la qualité du reporting. Il est vrai que nous observons des différences en fonction des géographies et de la qualité des contenus. Mais la réalité est que, des Etats-Unis à Singapour, en passant par Paris et Pékin, nous n'avons jamais vu un reporting lu par plus de 30 % des destinataires.

 
Le monde du reporting vit sur une pensée magique.
— The captain ouvre les yeux

C'est à la donnée de venir aux collaborateurs et non l'inverse !

Depuis des années nous tournions autour de ce problème jusqu'au jour où un client nous a dit assez simplement : "Si les collaborateurs ne vont pas à la donnée, c'est la donnée qui doit s'imposer à eux".

Cette simplicité fut un choc brutal.

Nous avons alors réalisé que le monde du reporting vivait sur une pensée magique : "Mettons à disposition des collaborateurs des reporting simples et sexy et ils viendront magiquement les consulter".

Dans la vraie vie cela ne fonctionne pas. Les collaborateurs subissent de plus en plus de contraintes, avec de moins en moins de temps pour réaliser des tâches toujours plus exigeantes. Et ils n'ont juste ni le temps, ne l'envie de se plonger dans des revues de chiffres.

 
L’enjeu n’est pas de faire vivre un reporting dans un mobile mais de booster les opérations grâce à la data !
— the captain devient lucide

Le seul device dont nous devrions avoir besoin pour lire des données c'est une paire d'yeux

Nous avons changé de paradigme pour découvrir que nous étions, comme l'ensemble de l'industrie, obnubilés par les mirages technologiques. L'enjeu du reporting n'est pas de faire vivre un reporting dans un ordinateur ou un mobile.

Simplement parce que le device dont un collaborateur a besoin pour accéder à la donnée, c'est une paire d'yeux et basta !

Nous avons changé de paradigme. Repensé nos produits et notre manière d'opérer.

Nous avons inventé un DataWall intelligent qui pousse des indicateurs différents en fonction du moment de la journée et du lieu où il se trouve. 

Créer des applications de reporting qui permettent aux collaborateurs de comprendre un indicateur qu'ils ont vu sur un mur et de mettre en place des plans d'actions.

 
L’inspiration doit aussi venir de l’industrie.
— The captain sort de la Silicon Valley

Là où le reporting échoue le management visuel accomplit des prouesses

Nous avons découvert que l'inspiration n'était pas uniquement dans la Silicon Valley mais plutôt du côté du Toyotisme. Nous avons embrassé le management visuel pour le rendre opérationnel et facile à déployer.

Et là nous avons observé des résultats spectaculaires, quasi immédiats. Des gains de performance à couper le souffle, des organisations se transformer, des collaborateurs s'impliquer comme rarement nous l'avions vu.

C’est à ce moment que nous nous sommes forgés une conviction forte : le management visuel est l’instrument le plus efficace pour transformer les organisations et booster les opérations.

 
 

je veux en savoir plus !